Extermination-de-punaises-de-lit

Montréal: Des punaises de lit dans un train de banlieue ?

publié le 1 mai 2017 à 16:18 par Marc Tardif

Quatre wagons d’un train de banlieue de l’Agence métropolitaine de transport (L’AMT) reliant Montréal à Saint-Jérôme ont été retirés de la circulation après qu’une dame ait signifié aux autorités la présence d’un insecte qui lui semblait être des punaises de lit.

La présence de punaises de lit dans les transports en commun comme les wagons de train, les voitures de métro, les autobus ou même les avions ont déjà été rapportés dans plusieurs grandes villes. C’est pourquoi de telles éventualités sont prises au sérieux.

Dans le cas des wagons en question, l’Agence métropolitaine de transport a procédé au retrait des wagons et à l’inspection complète de ceux-ci. Les analyses ont alors révélé la présence de charançons. Il s’agit d’un insecte qui ressemble aux punaises de lit mais qui ne s’en prend pas aux êtres humains.

Les wagons où étaient présents les insectes ont tout de même reçu un traitement d’extermination afin d’éliminer leur présence.

La porte-parole de L’AMT a indiqué qu’une nouvelle procédure sera introduite au sein de leur système régulier de vérification, ce qui leur permettra de s’assurer qu’il n’y ait pas d’insectes à bord.


Sources: 

http://www.tvanouvelles.ca/2017/04/29/des-insectes-transportes-par-un-passager

http://www.tvanouvelles.ca/2017/04/30/aucune-punaise-de-lit-a-bord-confirment-les-analyses

http://www.985fm.ca/actualites/nouvelles/des-charancons-dans-les-wagons-de-l-amt-834103.html



Se procurer des pièges anti punaises de lit

publié le 2 avr. 2017 à 07:43 par Marc Tardif   [ mis à jour : 2 avr. 2017 à 07:49 ]

pièges anti punaise de lit


Saviez-vous qu’il existe un moyen simple et efficace afin de détecter et de piéger les punaises de lit qui voudraient accéder à votre lit ? Les pièges anti-punaises de lit BEDMOAT® vous permettront de les détecter, de les surveiller en plus de vous permettre d’isoler votre lit de ces petits insectes cauchemardesques.

Lorsque l’on suspecte la présence de punaises de lit, il peut s’avérer très difficile de détecter leur présence et la raison en est bien simple : elles sont habiles, hypocrites et minutieuses.

Pendant le jour, les punaises de lit aiment se cacher dans tous les recoins et petites fentes discrètes qu’elles peuvent trouver dans le lit et dans la chambre en général. Elles attendent alors que leur victime s’endorme profondément avant d’accourir vers elle. On situe généralement cette période vers 2h00 ou 3h00 du matin. C’est à ce moment que les punaises sont susceptibles de passer par les pattes du lit pour se rendre vers leur victime. Les pièges anti-punaises de lit BEDMOAT® installés sous les pattes de lit les interceptent alors et les retiennent prisonnières dans l’espace du Bed Moat. Les pièges les empêchent du même coup d’avoir accès au lit et empêchent les punaises qui voudrait s’échapper du lit par les pattes de se propager ailleurs dans la pièce. Une surveillance périodique des pièges anti-punaises BEDMOAT® permet alors de détecter leur présence et d’intervenir avant que le problème ne prenne trop d’ampleur. 

Bedmoat Bed Moat
Les pièges anti-punaises de lit BEDMOAT® sont innovants, économiques et sont de précieux outils dans la détection et la surveillance pour toute chambres de votre logement, de foyers de personnes âgées, de ressources intermédiaires, d’auberges, de ressources de type familiales, de gestionnaires immobiliers, d’hôtels, de bed & breakfast, de gîtes et autres entreprises œuvrant dans le domaine de l’hébergement.

Lors de l’installation des pièges BedMoat, il faut également s’assurer que la tête du lit soit décollée du mur et qu’aucune literie ne traîne par terre ou ne touche au murs.

Pourquoi est-il si difficile de détecter rapidement un problème de punaises de lit sans pièges ?


En fait, les punaises ne sont pas passées maîtres que dans l’art de se cacher durant le jour et de connaitre le moment ou leurs victimes dorment profondément. Il faut savoir que leur salive contient des substances analgésiques. Cela explique pourquoi leurs piqûres ne dérangent pas leurs victimes durant la nuit où elles sont perpétrées. L’effet analgésique empêche la piqûre de faire mal sur le coup. Ce n’est parfois que plus d’une douzaine d’heures après que les personnes se rendent compte d’un inconfort, d’un picotement, d’une boursouflure ou d’une décoloration.

Il faut savoir aussi qu’en moyenne seulement 2 personnes sur 3 auront une réaction cutanée suite à la piqure de punaises de lit. Il n’est pas rare qu’une personne n’ayant aucun symptôme apparent soit quand même largement infestée dans sa chambre.

Ingénieuse, la punaise de lit a le réflexe d’aller se cacher dès qu’une lumière s’allume. Bien qu’elle ne vole pas et qu’elle ne saute pas, elle est suffisamment rapide pour trop souvent échapper à la vigilance de ses victimes somnolentes.

Les punaises de lit adultes ont à peine la grandeur d’un pépin de pomme. Les punaises juvéniles sont encore plus petits peuvent varier de couleur ou tout simplement être translucides. Il est donc très difficile de les détecter à l’œil nu.

Les pièges anti-punaises BEDMOAT® peuvent entre autres être achetés à l’unité ou à la caisse sur la Boutique Anti Punaise des Lits. Vous y retrouverez également d’autres produits tels que des housses de lit anti-punaises pour vos matelas et vos sommiers et différents produits forts utiles dans la lutte ou la détection des punaises de lit.


http://boutique.punaisedeslits.info/



Le registre de punaises de lit de Montréal est-il inefficace?

publié le 6 janv. 2017 à 21:00 par Marc Tardif

Un article du journal Métro de Montréal met en lumière que le registre mis sur place par la ville de Montréal ne semble refléter ni la réalité ni l'ampleur de l'infestation de punaises de lit à Montréal.  Selon l'échantillon évalué le taux d'infestation serait de 2,29% soit 32 fois plus haut que ce que laisserait croire le registre de punaises de la ville de Montréal.

Le bilan 2016 des punaises de lit à Montréal

publié le 3 mars 2016 à 16:10 par Marc Tardif

Vous restez à Montréal? Vous avez des punaises de lit? Vous voulez vous en débarrasser, mais vous ne savez pas par quel bout commencer? Ne vous en faites pas. Vous n’êtes pas seul dans cette situation. Pour y remédier, la meilleure solution est de faire appel à un exterminateur à Montréal, ceux-ci sont plutôt familier avec ce type de problème.

Un problème qui touche autant les locataires que les propriétaires

Si autrefois les punaises de lit étaient un phénomène touchant surtout les logements insalubres, on les retrouve aujourd’hui dans de plus en plus de foyers, même bien entretenus. En effet, selon les statistiques compilées par la Ville de Montréal, de 2011 à 2015, le nombre de cas déclarés a augmenté d’environ 60 %, passant de 2809 à 4903 cas. Le parasite se loge généralement dans :

· Les matelas;

· Les sommiers;

· Les meubles rembourrés;

· Les meubles d’occasion.

De plus, on retrouve de plus en plus ce parasite dans des lieux publics (chambres d’hôtel, bureaux, bibliothèques, CLSC et même les transports en commun).

Dangereuses, les punaises de lit?

Malgré la croyance populaire, il n’existe aucune preuve scientifique que les punaises de lit transmettent de maladies, et aucun cas de transmission de maladie par la punaise de lit n’a été répertorié à ce jour. Toutefois, il faut demeurer vigilant : ce n’est pas parce que les punaises de lit ne transmettent pas la maladie que leur présence doit être ignorée. Il faut prendre toutes les mesures nécessaires afin de s’en débarrasser et ainsi mettre un frein à leur propagation.

Pour mettre fin au problème

Prenez la peine de vous renseigner afin de mieux les détecter. Signalez immédiatement à votre propriétaire la présence du parasite. Passez l’aspirateur régulièrement et mettez vos draps, couvertures, vêtements et tous les tissus infectés au lavage et laissez sécher à la machine à température maximale pendant au moins 30 minutes, afin de tuer les dernières punaises qui pourraient rester. Enfin, et surtout, communiquez dès maintenant avec un exterminateur.

Le Syndicat Canadien de la Fonction Publique sugère d'intégrer une clause anti-punaise de lit aux conventions collectives.

publié le 11 févr. 2016 à 22:31 par Marc Tardif

Sur son site web, le Syndicat Canadien de la Fonction Publique suggère d'intégrer une clause anti-punaise de lit aux conventions collectives.

On suggère comme exemple d'ajouter une clause du genre:  

"Si un employé, en exécutant ses tâches régulières, attrape des poux, la gale, des punaises des lits, une conjonctivite ou la teigne et que cette condition nécessite un traitement, une éradication ou des médicaments pour lui-même ou sa famille immédiate, l’employeur rembourse, sur présentation des reçus, tous les coûts raisonnables entraînés par ce traitement qui ne sont pas couverts par le régime d’avantages sociaux de la convention collective."  ( source: http://scfp.ca/punaises-des-lits - 2016-02-12 ) 

Cette clause pourrait aider grandement le personnel à avoir moins peur de travailler lorsque leur milieu de travail subi une invasion de punaises de lit.    

Punaises de lit à la Résidence Sainte-Julie et au Manoir du Vieux Moulin de Trois-Rivières.

publié le 11 févr. 2016 à 22:23 par Marc Tardif

La direction du CIUSSS aurait fermé les yeux sur la présence de punaises de lit au sein de la résidence St-Julie nous rapporte un article de TVA nouvelles.  Malgré qu'une employé ait remis des insectes à la direction dans un contenant,  L'article nous révèle que l'institution n'aurait mis en branle aucune mesures additionnelles. 

Après avoir exercé un refus de travail, on a demandé à l'employée à trois reprises de retourner travailler sur place puisque les punaises ne représentaient pas un risque pour sa vie.   

Question discutable lorsque l'on sait que les punaises de lit ont déjà poussé au suicide une dame de Montréal. Dans son rapport, le coroner Jacques Ramsay avait clairement clairement indiqué que la montréalaise de 62 ans, Louise Fafard, avait été poussé au suicide par les punaises de lit qui infestaient son HLM.  Dans un article de l'ex rue-frontenac, le Dr Stéphane perron avait indiqué que « Chez les personnes vulnérables qui souffrent de graves troubles mentaux, les punaises, comme une chicane ou une rupture amoureuse, peuvent être l’élément déclencheur d’une crise suicidaire ou d’une désorganisation ».    Voir l'article de Ex Ruefrontenac à ce sujet:  http://exruefrontenac.com/nouvelles-generales/33003/33003

Les employés auraient également peur de subir des lésions ou de ramener des punaises de lit à la maison.  

La question n'est pas vaine, sachant que les punaises peuvent infliger des lésions cutanées, des problèmes de sommeil, des problèmes d'anxiété ou de désorganisation, et qu'il peut être difficile d'en être compensé.  A ce sujet voir le billet  "Lorsque des punaises de lit occasionnent une lésion professionnelle" de SOQUIJ: http://blogue.soquij.qc.ca/2014/03/13/lorsque-des-punaises-de-lit-occasionnent-lesion-professionnelle/

Le Manoir du Vieux Moulin de Trois-Rivières serait lui aussi touché par une problématique de punaises de lit.  


On peut lire l'article que nous avons ici commenté à l'adresse suivante: http://www.tvanouvelles.ca/2016/01/29/punaises-de-lit-la-direction-la-cache-aux-employes
Ce billet traite des punaises de lit, de la CSST, du droit de refus de travaille, d'employés obligé de travailler au sein des punaises de lit...


   

Punaises de lit à la Résidence Sainte-Julie et au Manoir du Vieux Moulin de Trois-Rivières.

publié le 11 févr. 2016 à 22:12 par Marc Tardif   [ mis à jour : 11 févr. 2016 à 22:15 ]

La direction du CIUSSS aurait fermé les yeux sur la présence de punaises de lit au sein de la résidence St-Julie nous rapporte un article de TVA nouvelles.  Malgré qu'une employé ait remis des insectes à la direction dans un contenant,  L'article nous révèle que l'institution n'aurait mis en branle aucune mesures additionnelles. 

Après avoir exercé un refus de travail, on a demandé à l'employée à trois reprises de retourner travailler sur place puisque les punaises ne représentaient pas un risque pour sa vie.   

Question discutable lorsque l'on sait que les punaises de lit ont déjà poussé au suicide une dame de Montréal. Dans son rapport, le coroner Jacques Ramsay avait clairement clairement indiqué que la montréalaise de 62 ans, Louise Fafard, avait été poussé au suicide par les punaises de lit qui infestaient son HLM.  Dans un article de l'ex rue-frontenac, le Dr Stéphane perron avait indiqué que « Chez les personnes vulnérables qui souffrent de graves troubles mentaux, les punaises, comme une chicane ou une rupture amoureuse, peuvent être l’élément déclencheur d’une crise suicidaire ou d’une désorganisation ».    Voir l'article de Ex Ruefrontenac à ce sujet:  http://exruefrontenac.com/nouvelles-generales/33003/33003

Les employés auraient également peur de subir des lésions ou de ramener des punaises de lit à la maison.  

La question n'est pas vaine, sachant que les punaises peuvent infliger des lésions cutanées, des problèmes de sommeil, des problèmes d'anxiété ou de désorganisation, et qu'il peut être difficile d'en être compensé.  A ce sujet voir le billet  "Lorsque des punaises de lit occasionnent une lésion professionnelle" de SOQUIJ: http://blogue.soquij.qc.ca/2014/03/13/lorsque-des-punaises-de-lit-occasionnent-lesion-professionnelle/

Le Manoir du Vieux moulin serait lui aussi touché par une problématique de punaises de lit.  


On peut lire l'article que nous avons ici commenté à l'adresse suivante: http://www.tvanouvelles.ca/2016/01/29/punaises-de-lit-la-direction-la-cache-aux-employes
Ce billet traite des punaises de lit, de la CSST, du droit de refus de travaille, d'employés obligé de travailler au sein des punaises de lit...


   

Des amendes pour les propriétaires victimes de punaises de lit :

publié le 14 janv. 2016 à 10:53 par Marc Tardif

Dans son Plan d’action de lutte à l’insalubrité des logements 2014-2017, la ville de Montréal a mis de l’avant des mesures afin d’inciter les propriétaires à prendre en charge leurs problèmes d’insalubrité.

Afin de faire respecter le Règlement sur la salubrité, la sécurité et l’entretien des logements, La ville de Montréal peut entre-autre  émettre des constats d’infractions assortis d’amendes ou évacuer des logements lorsqu'ils sont impropres à l’habitation, occasionnant ainsi des pertes locatives importantes pour les propriétaires.

Des amendes pour les propriétaires victimes de punaises de lit qui ne traitent pas leurs logements peuvent donc être émise. 

Lire: http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=25109

Lire : http://ici.radio-canada.ca/regions/montreal/2015/09/10/001-punaises-lit-montreal-2015-pire-annee-exterminateurs.shtml


Statistiques sur les punaises de lit à Montréal

publié le 14 janv. 2016 à 10:46 par Marc Tardif

Dans un communiqué émis le 9 juin 2015, la ville de Montréal publiait quelques statistiques sur les punaises de lit à Montréal :

Entre le 1er juillet 2011 et le 22 mai 2015, 38153 déclarations de traitement de logements pour des punaises de lit ont été signalées via le site internet de la ville demandant aux exterminateurs d’y déclarer leurs traitements contre les punaises de lit sur son territoire.

De ce nombre, 26% auraient été effectués dans des immeubles de 4 à 11 logements.

De plus, 34% auraient été effectués dans des immeubles de plus de 11 logements.

Les traitements de nature commerciaux tel que dans les commerces et les institutions comme les garderies ou les hôpitaux par exemple, ne sont pas comptabilisés par ce registre.

Lire : http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=25109


Propagation des punaises de lits à Montréal

publié le 14 janv. 2016 à 10:42 par Marc Tardif   [ mis à jour : 14 janv. 2016 à 10:43 ]

Les punaises de lit se reproduisent très rapidement.  Les exterminateurs peines à répondre à la demande, selon un reportage de radio-canada. 

Une des causes est le déménagement des personnes qui sont prises avec un  sérieux problème de punaises de lit.  Ces personnes utilisent un camion afin de déménager des objets infestés,  ce camion sera infecté.  Ce même camion infestera les prochains utilisateurs de ce camion. Les objets infectés infesteront les nouveaux immeubles dans lesquels ces utilisateurs habiteront. Il se pourrait même que ces immeubles, s’ils ne sont pas traités rapidement, finissent par infester la rue…

La récupération de mobiliers abandonnés, les séjours de vacances à l’extérieur, et l’augmentation de la résistance des punaises de lit .

La ville de Montréal a un plan d’action contre l’insalubrité, elle a mis en ligne un site web : Lespunaisesdelit.info afin d’informer les citoyens et a publié un document en 18 langues.

Écoutez l’entrevue sur :

http://www.rcinet.ca/console.php?id=7340610&image=http://img.src.ca/2011/10/20/635x357/111020_eb2ji_punaises-larves_sn635.jpg&locale=fr&appCode=medianet

Source :

http://www.rcinet.ca/fr/2015/09/10/ces-punaises-de-lit-qui-vous-suivent-jusque-dans-le-metro/

1-10 of 14